Aller au contenu principal

Un Pacte d’avenir pour répondre à l’urgence de la crise

Dans la suite de la réunion des parlementaires bretons au ministère du Travail, le Premier ministre a convoqué les treize principaux ministres engagés dans l’action économique et sociale de l’Etat en faveur de la Bretagne, pour finaliser les orientations du Pacte d’avenir qui sera conclu d’ici à la fin de l’année. Ce pacte s’appuie sur trois piliers : le Plan Bretagne pour l’agroalimentaire, l’accélération du Contrat de Plan Etat-Région, enfin des mesures d’urgences annoncées dès hier. Pour répondre à la crise, quinze millions d’euros sont débloqués en vue de soutenir les entreprises de l’agroalimentaire, un contrat de sécurisation professionnelle sera proposé aux 889 salariés de GAD en passe de perdre leur emploi, qui leur garantira 97% de leur salaire net pendant un an, enfin l’abattoir de Lampaul-Guimiliau pourrait être repris par l’Etablissement public foncier de Bretagne en vue de sa cession à la Communauté de communes du Pays de Landivisiau.

Dans la continuité du travail mené depuis un an autour du Contrat stratégique de filière signé au niveau national, en juin dernier, avec l’ensemble des acteurs économiques, producteurs agricoles, transformateurs et distributeurs, le gouvernement et les services de l’Etat sont mobilisés pour répondre à la crise que traversent les entreprises agroalimentaires. En tant qu’élue bretonne de terrain, je suis mobilisée pour que notre région conserve son dynamisme économique et social. A ce titre, je serai vigilante à ce que la mise en œuvre de l’Ecotaxe, pour laquelle nous avons déjà obtenu des aménagements importants liés à la situation spécifique de notre région périphérique, ne déstabilise pas notre économie.