Aller au contenu principal

Manuel Valls a fait un discours de politique générale qui veut redonner confiance aux Français

FRANCE-POLITICS-ECONOMY

C’est un discours de vérité qu’a tenu Manuel Valls mardi 8 avril lors de sa déclaration de politique générale devant les députés. Le Premier ministre a montré son souci de prendre en compte les difficultés quotidiennes des Français. La colère qu’ils ont exprimée lors des dernières élections municipales a été entendue. « Les Français doutent de la capacité du modèle républicain à protéger ». Et le Premier ministre d’évoquer « la tentation du repli », le « communautarisme » et les actes « racistes et antisémites » qui doivent être combattus.

La réponse politique à ce mécontentement s’est exprimée par la mise en place d’une équipe de combat à la tête du gouvernement pour poursuivre et affirmer la politique de redressement. Les engagements pris par Manuel Valls sont concrets.

– Renouer avec la croissance et l’emploi grâce au pacte de responsabilité

La première préoccupation, c’est l’emploi. Les dispositifs jusqu’à présent mis en place (CICE, emplois d’avenir, contrats de génération) ont permis une amélioration significative sur l’emploi des jeunes. Ce n’est pas suffisant. Le pacte de responsabilité permettra de renouer durablement avec la croissance et l’emploi. C’est une véritable main-tendue vers nos entreprises pour rétablir leur compétitivité et leur attractivité.  Le pacte de responsabilité se traduira par un allègement des charges et de la fiscalité des entreprises:

– La suppression, dès le 1er janvier 2015 des cotisations à l’URSSAF sur les salaires équivalents au SMIC,

– La suppression progressive de la contribution sociale de solidarité des sociétés d’ici 2017,

– L’impôt sur les sociétés sera abaissé à 28 % en 2020. La surtaxe instaurée sous la mandature précédente sera quant à elle supprimée dès 2016.

– Améliorer le pouvoir d’achat des plus modestes

Comme s’y est engagé le Président de la République, le pacte de responsabilité s’accompagnera d’un pacte de solidarité. Les cotisations des salariés les plus modestes diminueront pour que le salaire net se rapproche du salaire brut sur la fiche de paie. Ces allègements représenteront 500 euros par an pour un salarié payé au SMIC soit la moitié d’un 13e mois. Par ailleurs, le Gouvernement agira sur la fiscalité pour faire sortir de l’impôt sur le revenu les ménages qui y sont entrés alors même que leur situation n’évoluait pas

– Un plan d’économies de 50 Mds d’ici 2017

Le Premier ministre a exclu de financer le pacte de responsabilité et de solidarité par une hausse de la fiscalité. Tous les efforts reposeront donc sur la diminution de la dépense publique. Celle-ci a déjà été réduite de 5,2% en 2011 à 4,3% en 2013 grâce aux efforts du gouvernement de Jean-Marc Ayrault. Ce mouvement sera amplifié avec un plan d’économies supplémentaire de 50 Mds € pour la période 2015-2017 : 19 Mds pour l’Etat ; 20 Mds pour la sécurité sociale ; 10 Mds pour les collectivités locales.

Cette nouvelle trajectoire correspond à un rythme soutenable de désendettement afin de ne pas casser la croissance et l’emploi.

– Accélérer sur la réforme territoriale

Le mille-feuille territorial est une spécificité française. Y mettre fin réclame méthode et détermination. Le Premier ministre a énoncé quatre objectifs qui donneront naissance à une « nouvelle donne territoriale » :

– La réduction de moitié du nombre de régions en incitant au regroupement des entités.

– La mise en place d’une nouvelle carte des intercommunalités

– La suppression de la clause de compétence générale pour les régions et les départements pour que chacun sache ce que font les uns et les autres.

– L’engagement d’un débat sur la suppression des conseils départementaux d’ici 2021.

Toutes ces réformes seront menées dans le souci du dialogue. Dialogue avec le Parlement, les partenaires sociaux, les élus locaux mais aussi sur le terrain, avec les Français. C’est toutes les énergies que le Premier ministre a convoquées pour dessiner la France de demain. Une France plus juste, une France qui occupe son rang dans l’ordre international et surtout une France fière d’elle même et sûre de ses valeurs. 

Cette déclaration de politique générale de Manuel Valls fut un discours rassembleur, un discours qui porte haut les valeurs de notre République et rend fiers  les parlementaires de la majorité.