Aller au contenu principal

Développer le réseau d’infrastructures de recharge des véhicules électriques

Le 6 mai dernier, la proposition de loi facilitant le déploiement d’un réseau d’infrastructures de recharge de véhicules électriques sur l’espace public, rapportée par la Députée Frédérique Massat, a été adoptée en première lecture par l’Assemblée nationale. Cette proposition portée par le groupe socialiste et soutenue par les écologistes et les centristes est une nécessité tant pour accélérer la transition énergétique que pour augmenter le pouvoir d’achat des automobilistes.

Le réseau actuel d’infrastructures de recharge apparait bien insuffisant pour répondre à la demande des utilisateurs de voitures électriques. En effet, aujourd’hui, seules les communes et les intercommunalités sont compétentes pour implanter des bornes de recharge sur l’espace public. La conséquence d’une telle organisation est un maillage du territoire trop incomplet et une inégalité entre les territoires. L’accès de chaque citoyen à l’électro-mobilité n’est pour l’heure pas assuré en raison de l’absence de bornes et de l’inexistence d’un relai au niveau national pour coordonner leurs implantations.

La proposition de loi vise à remédier à cette situation en permettant à l’État ou à un opérateur national de mettre en place un réseau de bornes de recharge sur le domaine public. Son ambition est d’atteindre 16 000 bornes de recharge (contre 8000 aujourd’hui) réparties sur l’ensemble du territoire d’ici 2014. La construction, l’entretien et la maintenance seraient confiés à un opérateur. Ce texte, loin de retirer une compétence aux collectivités territoriales, permet une concertation entre le porteur du projet et les acteurs locaux. De plus, si la France comporte le premier parc de bornes de recharge en Europe, une fracture territoriale est constatée entre les collectivités à forte densité qui favorisent la construction de ces bornes et les autres.

Mes collègues députés et moi-même avons voulu agir vite sur cette question essentielle qui vise à la fois à préserver l’environnement et à offrir aux conducteurs de voitures électriques une offre digne d’un véritable service public.