Aller au contenu principal

A Douarnenez samedi dernier : inauguration de la maison de la petite enfance

DSC00059

Inaugurer un équipement dédié à l’enfance est un moment important pour une commune. Quoi de plus significatif pour attester de la vitalité d’une d’un territoire et de la confiance qu’il place en son avenir ?

Cette maison de la petite enfance, que j’ai déjà eu plaisir à découvrir lorsque je suis venue aux portes ouvertes le 27 août dernier, est parfaitement intégrée à son cadre de vie et est ancrée au coeur du quartier de Ploaré. Par sa conception répondant aux normes du développement durable, par des choix architecturaux harmonieux, cette Maison est adaptée aux besoins des tous petits et de leurs familles, adaptée au travail des équipes professionnelles pluridisciplinaires. Elle est un lieu d’épanouissement, d’éveil, d’apprentissage et d’autonomie pour les tous jeunes enfants accueillis. Avec les menus concoctés par « l’éducateur de papilles », Christophe Maguet, plus d’un adulte souhaiterait pouvoir ici retomber en enfance !

Cette inauguration est l’occasion de faire un focus sur la politique familiale menée par le gouvernement, une politique engagée dans la voie de la rénovation pour la rendre plus juste.

La  modulation des allocations familiales est un dispositif qui permettra de corriger certaines inégalités de notre politique familiale. L’universalité des allocations familiales avait été conçue pour permettre aux familles modestes d’avoir la même protection que les familles favorisées. Mais le quotient familial et les abattements fiscaux par enfant avaient fini par rompre ce principe d’égalité en bénéficiant prioritairement aux plus hauts revenus. C’est donc l’équité qui est aujourd’hui en passe d’être restaurée.

La réforme des allocations familiales est complétée par le rééquilibrage du congé parental (six mois pour chaque parent pour le premier enfant, et, pour les enfants suivants, deux ans pour l’un des parents, un an pour l’autre). Cette réforme, qui promeut l’égalité entre les femmes et les hommes, est par ailleurs soutenue par le plan du gouvernement en faveur de l’accueil de la petite enfance, un plan qui vise à conforter l’articulation entre vie familiale et vie professionnelle en offrant 275 000 solutions d’accueil supplémentaires aux familles (100 000 places en crèche, 100 000 accueils par les assistants maternels et 75 000 places en scolarisation dès 2 ans).

De plus, une démarche de simplification, par l’allègement des normes qui encadrent la construction de places de crèches, sera menée. L’objectif est de permettre à tous, et sur l’ensemble du territoire, d’avoir accès à la même offre de solutions d’accueil.

La gauche a prouvé son engagement en direction des familles, notamment des familles modestes et des classes moyennes. Elle a augmenté de 25 % l’allocation de rentrée scolaire pour 3 millions de familles, de 50 % le complément familial pour 385 000 familles nombreuses, de 25 % l’allocation de soutien familial pour 750 000 familles monoparentales. Elle investit massivement dans un plan d’accueil de la petite enfance pour offrir davantage de solutions aux familles avec de jeunes enfants. Ce sont ainsi 2,5 milliards d’euros de plus qui ont été consacrés à la politique familiale depuis deux ans. Et l’effort va se poursuivre.

Pour le gouvernement, comme pour la majorité parlementaire, la politique familiale et la petite enfance sont une priorité. Mais comment en serait-il autrement quand notre volonté est d’investir pour la jeunesse et de préparer l’avenir ?

maison-enfance-4