Aller au contenu principal

Trail de Gourlizon : un mariage réussi entre le sport et la sensibilisation au don

trail Gourlizon

Dimanche 15 mars, j’ai participé à la cérémonie de remise des prix de la quatrième édition du Trail de Gourlizon, un évènement qui, au-delà du challenge sportif, fédère les quelque 500 participants autour d’une grande et belle cause : la promotion du don du sang, d’organes et de moelle osseuse.

Grâce à l’ambiance mise par la fanfare de Kermarron, à l’importante participation des aficionados de cette belle course nature qu’est le trail, à l’investissement sans faille des bénévoles des associations France-Adot, Céline et Stéphane et des donneurs de sang de Douarnenez, le grand public a pu être sensibilisé à l’importance d’être donneur. Consentir au don contribue à sauver des vies. Merci aux organisateurs et aux bénévoles d’avoir si bien passé le message dimanche.

Don d’organes – don du sang, où en sommes-nous ?

don_organe_puzzle

Le développement des greffes d’organes constitue bien un enjeu majeur de solidarité nationale et de santé publique.

Mais, malgré les campagnes de sensibilisation à la question du don et de la greffe d’organes, près de 19 000 patients demeurent toujours en attente. Le principe du consentement présumé, organisé par la loi n° 76-1181 du 22 décembre 1976 relative aux prélèvements d’organes, reste très largement non appliqué. Par ailleurs, le taux de refus de prélèvement d’organes atteint, à l’heure actuelle, le niveau préoccupant de 35 % alors même qu’environ 80 % de nos concitoyens se déclarent favorables au don de leurs organes après leur mort et que 63 % y sont favorables pour leurs proches.

Aussi, bien que le régime du consentement présumé autorise le prélèvement des organes de personnes qui ne se sont pas exprimées, après vérification de leur absence d’opposition, le taux de refus des proches demeure élevé en France. C’est la raison pour laquelle des actions de sensibilisation sont menées parallèlement en direction des professionnels et du grand public.

Concernant le don du sang, nous  sommes attachés à la spécificité de la collecte et à la filière française du sang. Elle repose sur ce qu’on appelle « les principes du don éthique », c’est-à-dire qu’il n’y a pas de marchandisation du corps humain, y compris du sang. Nous avons donc pris des mesures pour garantir aux donneurs et aux receveurs que le caractère éthique de la filière du sang en France restera préservé et que le don demeurera bien gratuit et anonyme.