Aller au contenu principal

Large adoption de la proposition de loi sur la fin de vie

7460684-11497684

L’Assemblée Nationale a adopté la proposition de loi sur la fin de vie. Ce texte permet à chaque malade atteint d’une maladie incurable, dont le pronostic vital est engagé et en état de souffrance, de recourir, lorsqu’il le demande, à la sédation profonde et continue jusqu’au décès. Le droit à refuser un traitement est ainsi renforcé.
Ce texte assure le respect de chaque malade, quel que soit son choix. Dans l’hypothèse où un patient a pris la décision que son traitement ne lui soit plus administré, le corps médical doit tout faire pour lui éviter la souffrance. Aussi, une meilleure offre de soins palliatifs sera désormais proposée sur l’ensemble du territoire français et elle sera contrôlée chaque année par l’Agence Régionale de Santé. Les professionnels de santé seront formés et sensibilisés.
La primauté des directives anticipées est affirmée : elles sont le premier document que le médecin doit consulter et ce dernier ne peut pas y déroger sauf dans le cas où elles sont manifestement inappropriées et après consultation d’un confrère.
Cette loi vise à mieux prendre en considération l’entourage du malade : lorsqu’un patient n’est pas en état d’exprimer sa volonté et en l’absence de directive anticipée, une décision collégiale peut être prise par les médecins pour que cessent les douleurs, et ce, après consultation de la personne de confiance si elle a été nommée, ou des proches et de la famille.
En résumé, cette loi est principalement tournée vers les malades, en phase avec l’évolution de notre société qui clame son droit à mourir dans la dignité.

http://www.assemblee-nationale.fr/14/dossiers/nouveaux_droits_personnes_fin_vie.asp