Aller au contenu principal

Le Ministère de l’Agriculture accompagne la filière porcine pour une nouvelle contractualisation

La-Chine-achete-aussi-le-porc-francais

Dans la continuité de la volonté de rénover les relations commerciales dans la filière porcine, le Ministre de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de la forêt, a lancé hier un appel à manifestation d’intérêt afin d’imaginer de nouvelles formes de contractualisation.

Le recours à cette forme de relation commerciale doit être volontaire mais éclairé. Ainsi, les professionnels, les producteurs d’aliments jusqu’aux distributeurs s’étaient accordés le 27 août dernier sur la nécessité de créer des outils de contractualisation pertinents pour la filière porcine.

Le champ de la contractualisation ne se résume pas à la relation éleveur/abatteur, elle doit concerner chaque maillon de la filière.

Un document de travail est disponible sur le site du ministère pour poser les bases de la réflexion et susciter des expérimentations de nouvelles formes de contractualisation qui permettraient de :

  • donner des perspectives et de la visibilité aux producteurs sur les productions ;
  • sécuriser l’approvisionnement des transformateurs salaisonniers en quantité et en qualité, aspect primordial pour augmenter leur approvisionnement en viande de porc française ;
  • protéger les acteurs, à tous les niveaux de la filière, de la volatilité des cours.

Des contrats existent déjà, tant pour la commercialisation des porcs, de leur alimentation que des pièces de découpe. Pour partager les expériences réussies, un questionnaire électronique sera mis en ligne et adressé à tous les acteurs recensés de la filière et permettra d’éditer un guide de bonnes pratiques.

De façon complémentaire et afin de faciliter le développement de la contractualisation, le Gouvernement travaille à créer un environnement propice, en permettant la création de caisses de sécurisation pour pallier aux fluctuations de cours sur le marché. Ces caisses bénéficieront de conditions fiscales favorables.

Un premier retour sur l’ensemble de ces travaux est attendu pour la fin du mois d’octobre.

Le Ministre a réaffirmé que la compétitivité devait aussi passer par une meilleure organisation de l’ensemble de la filière en plus du travail sur l’amélioration des coûts de production engagée à tous les échelons grâce au pacte de responsabilité.