Aller au contenu principal

L’hélico rouge et or Dragon 29 doit rester à Pluguffan

Dragon 29 en mer

Dès le début de l’année dernière, en raison des recommandations du Conseil National de l’Urgence Hospitalière et de l’association française des utilisateurs des hélicoptères sanitaires hospitaliers qui souhaitaient que priorité soit donnée aux besoins sanitaires hospitaliers, j’avais interrogé Monsieur le Ministre de l’Intérieur sur l’avenir du secours héliporté de la sécurité civile, un dispositif de secours aux personnes dont l’efficacité et la polyvalence ne sont plus à démontrer.

Au mois de juillet dernier, j’interrogeai cette fois Monsieur le Préfet du Finistère sur le devenir de la base hélicoptère de la sécurité civile de Pluguffan où est implanté l’hélico rouge et or Dragon 29, en raison d’une rumeur de possible transfert vers Brest.

S’il est légitime de revisiter régulièrement l’organisation des dispositifs de secours pour s’assurer de leur efficience et de leur adéquation avec les besoins, il serait difficilement compréhensible que la réflexion conduite à l’échelle nationale en matière de sécurité civile conduise sur le terrain à une concentration des moyens opérationnels.

Tandis que l’hélicoptère Caïman de la Marine Nationale basé à Lanvéoc et l’hélicoptère Tonnerre 29 du Samu, rattaché à l’hôpital de la Cavale Blanche, couvrent déjà de nombreux besoins, quelle nécessité y-aurait-il à transférer Dragon 29 vers Brest ?

Dragon 29 est un précieux outil dans le cadre d’urgences vitales et il fait régulièrement la preuve de son efficacité en matière d’hélitreuillage opérationnel, notamment de nuit et en mer.  Le Finistère-sud et sa communauté maritime n’ont pas vocation à s’en passer.

Je le soulignerai auprès de Bernard Cazeneuve, Ministre de l’Intérieur, et de Marisol Touraine, Ministre de la Santé.