Aller au contenu principal

COMITE INTERMINISTERIEL DE LA MER : UNE SERIE DE MESURES POUR RENFORCER L’AMBITION MARITIME DE LA FRANCE

cimer_.4

Le CIMER, qui s’est tenu hier à Boulogne sur Mer sous la présidence du Premier Ministre,  est une nouvelle marque de la volonté du gouvernement de soutenir et de développer l’économie maritime, un secteur pourvoyeur de 310 000 emplois directs et qui génère 69 milliards d’euros de chiffre d’affaires.

Lors de ce Comité, des mesures fortes ont été adoptées pour « doper »  la  croissance bleue, véritable filière d’avenir au regard de l’importance de notre domaine maritime et des richesses naturelles qu’il recèle. Par la dizaine de mesures annoncées, c’est bien un message d’optimisme qui a été adressé hier aux gens de mer.

Ainsi, la question du renouvellement des flottes de pêche, de commerce et de ferries, le développement des ports maritimes, l’accompagnement du développement de l’aquaculture en y consacrant 15 % de l’enveloppe du FEAMP, les modalités de réponse aux menaces en mer (trafic, piraterie, terrorisme), aux sinistres de grande ampleur (paquebots, porte-conteneurs), le soutien au sauvetage en mer avec notamment 1 million d’euros supplémentaire en 2016 pour la SNSM, la nécessaire protection des milieux marins, la valorisation des espaces maritimes ultra-marins,… sont autant de domaines qui font l’objet d’une attention particulière du gouvernement et qui ont été traités hier sous un angle interministériel.

Pour le gouvernement, comme pour la majorité parlementaire qui débattra prochainement d’une proposition de loi relative à l’économie bleue, la volonté est bien réelle d’inscrire tous ces sujets dans une ambitieuse dimension pour notre pays.

Retrouvez ici le dossier de presse déclinant plus en détails les 11 mesures adoptées en CIMER.

221015 DP CIMER

Focus « pêche » :

Manuel Valls, Premier Ministre :

« Nous allons refondre le permis de mise en exploitation (PME) pour libérer des capacités et encourager l’installation des jeunes avec des technologies toujours plus innovantes. Nous avons aussi, ce matin même, décidé une aide fiscale en faveur des patrons pêcheurs en reprenant l’étalement des amortissements qui avait été abandonné en 2010, et en exonérant les plus-values de cession en cas de réinvestissement dans un outil neuf. »

«  Nous voulons moderniser, renouveler notre flotte de pêche avec des bateaux moins coûteux, plus économes, plus propres et attirer les jeunes. »