Aller au contenu principal

COP21 : un accord historique

cop 21 ter

195 Etats se sont officiellement engagés samedi dernier à Paris à renoncer aux énergies polluantes de façon unanime. C’est une première ! De plus, alors qu’il avait été initialement prévu de fixer dans cet accord l’objectif de limiter le réchauffement de la planète à 2 degrés, il a été convenu de ne pas dépasser une hausse de 1,5 degré ! Cet objectif ambitieux a été salué par tous les participants, ONG environnementales incluses.

La COP21 a aussi permis que les notions de « pertes et dommages » liés au réchauffement et à la montée des océans et celle de « victime » pour les petites nations insulaires qui les subissent soient reconnues.

Il reste désormais aux Etats à traduire cet accord, pris sous l’égide des Nations unies, dans leur législation interne. Ces engagements ont une valeur contraignante, les pays signataires devront répondre de leurs engagements pour diminuer leurs émissions de gaz à effet de serre. Pour être efficace, l’accord adopté a misé sur la transparence : chaque pays aura l’obligation de soumettre régulièrement ses objectifs de réductions d’émission de gaz à effets de serre à des grilles de renseignements et d’analyses partagés et compréhensibles par tous. Cet accord sera ensuite révisé tous les cinq ans.

La France, quant à elle, s’engage à revoir au plus tard en 2020 ses engagements et proposera aux pays qui le veulent d’en faire autant, à former une coalition pour aboutir à un prix du carbone pour que les investissements puissent être réorientés. « Le 12 décembre 2015 restera une grande date pour la planète. A Paris, il y a eu bien des révolutions depuis des siècles mais aujourd’hui c’est la plus belle et la plus pacifique des révolutions qui vient d’être accomplie : la révolution sur le changement climatique. » (Président de la République française, à la cérémonie de clôture de la COP21)