Aller au contenu principal

Archives de

Brexit : face à ce tournant de son histoire, l’Europe doit se relancer.

brexit-promo-master495

Jeudi 23 juin 2016, le peuple britannique s’est exprimé par voie référendaire. Il a décidé que le Royaume-Uni devait tourner le dos à l’Union Européenne. C’est la première fois qu’un pays la quitte depuis qu’a été posée la première pierre de la construction européenne.

C’est un choc mais c’est un choix démocratique qui doit d’abord être respecté.
Il faut en tirer les enseignements qui s’imposent en prenant des mesures fortes pour restaurer la croyance en ce grand dessein qu’est l’Europe et pour améliorer la confiance en ses institutions.
Le chemin emprunté par les britanniques illustre la défiance des peuples vis-à-vis de l’Europe. Un nouvel élan est donc impératif : l’Europe doit réaffirmer ses valeurs intrinsèques, les faire vivre et s’affirmer comme une puissance où la paix, la liberté et la prospérité sont assurées dans un cadre solidaire. C’est une condition sine qua non pour reconquérir l’adhésion des peuples à l’Europe, pour repartager ce grand destin commun et retrouver l’élan visionnaire des « pères fondateurs ».
Tout en engageant sans plus attendre la procédure de retrait du Royaume-Uni de l’Union Européenne, les 27 Etats Membres doivent urgemment se concentrer sur l’essentiel : défense et sécurité, résolution de la crise migratoire, investissement pour la croissance et l’emploi, amélioration des droits sociaux des travailleurs européens, harmonisation sociale et fiscale, transition énergétique et numérique, renforcement de la zone euro et de sa gouvernance démocratique,… Ce sont tous ces champs que l’Europe doit réinvestir avec force car c’est bien sur ces enjeux qu’elle démontrera toute son efficacité. Il nous faut rebâtir une Europe par la preuve. Sous l’impulsion du Chef de l’Etat, la France saura prendre toute initiative en ce sens.
L’Europe est au tournant de son histoire ; elle doit entendre les contestations, comme les propositions, et lever les inquiétudes latentes.
Pour nos agriculteurs, comprendra-t-elle enfin qu’elle doit permettre que la production soit mieux régulée pour faciliter la transition avec la suppression des quotas laitiers (cf : proposition n°1 de mon rapport d’information sur l’avenir des filières d’élevage) ?
Pour nos pêcheurs, particulièrement dépendants d’un accès aux eaux britanniques, entendra-t-elle que l’Europe de la pêche doit se poursuivre par un partage équilibré des zones de pêche, avec ou sans Brexit ?
Collectivement, nous avons foncièrement besoin d’une Europe qui s’affiche clairement en faveur de la croissance, de la compétitivité, de l’emploi et de la jeunesse. C’est la condition pour restaurer la confiance en notre destin européen.

« La France est notre patrie, l’Europe est notre avenir » – François Mitterrand – 15 janvier 1987 – Chatham House

Loi Sapin 2 : des prix et de la transparence pour le monde agricole

loi sapin 2

Comme s’y était engagé le Président de la République, la loi Sapin 2 a apporté de nouvelles réponses au monde agricole pour plus de transparence dans la filière et un rééquilibrage des relations commerciales.

Le Gouvernement, le groupe socialiste et moi-même avons fait voter plusieurs amendements majeurs, dont certains sont directement issus de mon rapport sur l’avenir des filières d’élevage.

Ainsi, les contrats agricoles devront désormais prendre en compte des indicateurs de coût de production de l’agriculteur et le prix de vente des produits finaux. Les transformateurs seront ainsi tenus de rémunérer les agriculteurs à leur juste prix.

Nous créons les conditions du renforcement des organisations de producteurs en les habilitant à signer des contrats-cadre avec les acheteurs comprenant des engagements sur les volumes et leur répartition entre les différents membres de l’OP.

Comme annoncé, la cession de contrats laitiers à titre onéreux est interdite pour une durée de 7 ans et les sanctions à l’égard des entreprises ne publiant pas leurs comptes sont renforcés.

Concernant les relations fournisseurs-distributeurs : les contrats peuvent être pluriannuels et la date butoir de la signature des contrats est avancée au 1er février, évitant les psychodrames des négociations annuelles. Ces doivent aussi faire référence au prix prévisionnel moyen payé au producteur afin qu’il ne soit plus la variable d’ajustement une fois les négociations terminées. D’autres mesures importantes que j’ai personnellement portées ont été adoptées : les sanctions pour pratiques déloyales de concurrences sont systématiquement rendues publiques, le nom du négociateur doit être inscrit sur la convention unique pour responsabiliser les parties, les retards de livraison en cas de force majeure ne peuvent pas donner lieu à des pénalités, les promotions pour certains produits agricoles ne peuvent dépasser 30% du prix initial.

Le déballage sauvage de fruits et légumes frais est aussi mieux réglementé en le limitant à deux mois par sous-préfecture. Ce déballage crée une concurrence déloyale pour les maraîchers et les producteurs de fruits et légumes s’acquittant des taxes sociales et fiscales afférentes à leurs activités.

Le Sénat va examiner le projet de loi dans les semaines à venir et je resterai vigilante à l’évolution du texte.

 

Au travail pour soutenir l’agriculture et les filières alimentaires

IMG_0226Annick dependance écoIMG_0220IMG_0212

Depuis que j’ai rendu mon rapport sur l’avenir des filières d’élevage, je travaille à mettre en œuvre les différentes propositions de ce rapport dans nos travaux à l’Assemblée nationale.

Dès le 28 avril, l’Assemblée nationale a adopté une proposition de loi à l’unanimité, correspondant à la proposition 22 de ce rapport. Cette proposition de loi permettra de renforcer l’application de l’abus de dépendance économique sanctionné par notre droit. Par exemple, dès lors qu’une centrale d’achat abusera de l’état de dépendance économique dans lequel se trouvent ses fournisseurs, l’Autorité de la Concurrence pourra agir plus efficacement. Ce texte doit désormais être examiné par le Sénat.

Le mardi 10 mai, après les questions au Gouvernement, j’ai rencontré avec Thierry Benoit, Stéphane Le Foll et ses conseillers au Ministère de l’Agriculture pour lui présenter notre rapport. Nous avons évoqué l’impérieuse nécessité de réguler la production de lait, au niveau européen, le besoin de transparence et de rééquilibrage des marges et des prix dans la filière alimentaire et la nécessité de renforcer les interprofessions. Le Ministre a été à l’écoute de nos 60 propositions.

Cette journée s’est terminée par une dégustation de langoustines du Pays Bigouden et d’huîtres creuses du Golfe du Morbihan que j’ai organisée avec Hervé Pellois, député du Morbihan. J’étais heureuse d’accueillir les producteurs présents qui nous ont présenté leur savoir-faire, les bonheurs et les difficultés de leur métier. J’ai rappelé que les produits de la pêche font partie de notre patrimoine gastronomique régional et national et que les pêcheurs sont engagés dans une production responsable et durable.

Depuis maintenant deux semaines, nous avons aussi entamé l’examen parlementaire du projet de loi Sapin 2 sur la transparence, la lutte contre la corruption et la modernisation de la vie économique. Ce projet de loi comporte déjà plusieurs mesures visant à mieux accompagner les agriculteurs et juguler la crise agricole en interdisant la cession de contrats laitiers à titre onéreux, en renforçant les sanctions pour les industriels et distributeurs ne publiant pas leurs comptes aux tribunaux de commerce.

Lors de l’examen en commission des affaires économiques, plusieurs amendements que j’ai déposés ont été adoptés :

  • Obligation de prendre en compte les coûts de production de l’agriculteur dans les contrats agricoles, tout en prenant en compte la diversité des bassins de production
  • Obligation de l’étiquetage de l’origine des produits carnés et laitiers, conformément à l’expérimentation qu’a obtenu Stéphane Le Foll auprès des institutions européennes
  • Proportionnalité des contributions aux centrales d’achat internationales demandées aux fournisseurs
  • Possibilité de contrats pluriannuels pour les produits alimentaires

Lors du débat dans l’hémicycle, je défendrai de nouveaux amendements visant à favoriser le rapport de force pour les agriculteurs.

« Embauche PME » : ça marche durablement

aides-embauche-pme_Page_1-724x1024Quatre mois et demi après son annonce par le Président de la République le 18 janvier 2016, le succès d’ « Embauche PME » ne se dément pas.

Ce dispositif permet à une entreprise ou une association de moins de 250 salariés, pour toute embauche en contrat à durée indéterminée (CDI), en contrat à durée déterminée (CDD) ou contrat de professionnalisation d’au moins six mois et pour un salaire inférieur ou égal à 1,3 Smic, de bénéficier de 4 000 € sur les deux premières années suivant l’embauche, soit 500 € par trimestre.

Cette aide complémentaire, valable pour toutes les embauches réalisées avant le 31 décembre 2016, est cumulable avec l’ensemble des autres dispositifs de soutien à l’emploi et à la compétitivité mis en place par le Gouvernement, au premier rang desquels le pacte de responsabilité et de solidarité, et le crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi (CICE).

Elle vient étendre l’aide à la première embauche mise en place en juin 2015 par le Gouvernement, qui continue parallèlement de s’appliquer aux embauches, sans restriction de niveau de salaire.

L’aide « Embauche PME » doit permettre d’accélérer le retour à l’emploi des personnes actuellement au chômage, et notamment les moins qualifiées. Elle constitue une opportunité pour les entreprises qui retrouvent le chemin de la croissance en accélérant leur décision de recrutement.

Le dispositif est très simple d’accès : la procédure est dématérialisée, un site en ligne est dédié aux informations clés, tandis qu’une ligne téléphonique dédiée a permis de répondre aux questions concrètes de près de 85 000 entreprises jusqu’à présent.

L’aide Embauche PME a été demandée par plus de 160 000 entreprises, pour 350 000 emplois créés en CDI, CDD ou contrat de professionnalisation d’une durée supérieure ou égale à 6 mois. Chaque jour, ce sont plus de 5 000 demandes d’aide qui sont recueillies. Ce rythme devrait permettre d’atteindre l’objectif de 1 million d’embauches d’ici la fin de l’année.

Les principaux secteurs utilisateurs sont l’hôtellerie restauration (23 %), les activités de commerce (18 %), le bâtiment et travaux publics (BTP) (9,5 %), les activités sanitaires et sociales (7 %), et celles de transport et de logistique (6 %).

Les résultats montrent que le dispositif atteint les objectifs qualitatifs escomptés et, en tout premier lieu, celui de permettre d’accéder à un emploi de qualité, majoritairement en CDI.
35 % des demandes d’aide concernent les moins 26 ans. Près de 30 000 chômeurs ont retrouvé un emploi dans une entreprise qui a actionné l’aide Embauche PME. Enfin, cette mesure bénéficie toujours très largement à l’emploi dans les plus petites entreprises puisque plus de 80 % des demandes concernent des emplois créés dans des entreprises de moins de 50 salariés.