Aller au contenu principal

CIMER 2016 : « La France est une grande puissance maritime, elle doit avoir une politique maritime forte ».

cimerLe Comité Interministériel de la Mer (CIMER), qui s’est réuni le 4 novembre dernier à Marseille sous l’égide du Premier Ministre, marque une nouvelle fois l’ambition que nourrit la France pour sa sphère maritime.

Dans le prolongement du CIMER 2015, de la loi NOTRe et des volets maritimes des lois sur la transition énergétique, la reconquête de la biodiversité et l’économie bleue, ce sont 36 mesures coordonnées qui ont été présentées et qui seront mises en œuvre pour faire de l’économie maritime, un pilier de croissance.
Plusieurs mesures portent spécifiquement sur l’attractivité et l’amélioration de la compétitivité des ports français, afin qu’ils s’imposent comme porte d’entrée incontournable de l’Union européenne et du marché intérieur. Ont ainsi été actées : l’augmentation de la participation financière de l’Etat aux dépenses de dragage, l’harmonisation des systèmes d’informations de la chaîne logistique, douanière et sanitaire, pour plus de simplicité et de rapidité, la pérennisation du modèle fiscal des ports,…
D’autres mesures viennent également encourager le développement et la modernisation des flottes stratégique, de commerce, de pêche, océanique de recherche, … : navire du futur, verdissement de la flotte, défense devant la commission européenne d’un mécanisme d’étalement de la plus-value de cession pour la construction de navires de pêche, réforme des permis de mise en exploitation des bateaux de pêche, accélération de la mise en œuvre du Fonds Européen pour les Affaires Maritimes et la Pêche (FEAMP),…
Le CIMER a parallèlement permis de mettre l’accent sur la gestion durable et responsable du milieu marin pour parvenir à un juste équilibre entre exploitation économique et protection du milieu et de ses richesses. C’est une orientation majeure de la Stratégie nationale Mer et Littoral, adoptée en CIMER après une large concertation associant tous les acteurs du maritime. Il s’agit notamment de mieux protéger et surveiller le patrimoine naturel marin, comme les aires marines les plus remarquables, et d’assurer le déploiement des énergies marines renouvelables.
Des mesures ont aussi été adoptées afin de renforcer la sûreté et la sécurité maritimes : déploiement de pelotons de sûreté maritime et portuaire, accroissement des contrôles des passagers, présence d’équipes militaires de protection sur les ferries et d’équipes privées sur les navires de commerce, mise en place d’un PNR (Passenger Name Record) maritime, pérennisation du financement de la SNSM,…

Enfin, le CIMER a permis d’aborder les enjeux maritimes européens, notamment la participation de la France à la création de l’agence européenne de garde-côtes, la lutte contre le dumping social dans le secteur maritime et les conséquences du Brexit.
Avec ce CIMER, la France donne un nouvel élan à sa politique maritime, une politique maritime durable et ambitieuse.