Aller au contenu principal

Articles Tagués ‘agroalimentaire’

Abattoirs : bien-être humain et bien-être animal sont liés

falornicaullet-assnationale

Membre de la commission d’enquête sur les conditions d’abattage des animaux de boucherie dans les abattoirs français, j’ai assisté le 20 septembre dernier à la présentation du rapport. Depuis plusieurs mois en effet, la situation des abattoirs français a été dénoncée par des associations de protection animale et cette alerte a été entendue par les pouvoirs publics. Une campagne nationale d’inspection des 263 abattoirs de boucherie a été menée en avril 2016 par l’administration à la demande du Gouvernement et les membres de la Commission d’enquête ont effectué des visites inopinées dans plusieurs abattoirs de volailles et de boucherie de toutes tailles pratiquant aussi bien des abattages avec et sans étourdissement. De nombreux dysfonctionnements – souvent mineurs, parfois majeurs – ont été constatés et la Commission a considéré qu’il était indispensable d’y remédier. Je me suis moi-même rendue dans les abattoirs de la circonscription.

Le rapport, qui constitue le premier travail parlementaire sur le sujet, avance 65 propositions pour améliorer le bien-être animal mais aussi celui des salariés. Il faut avant tout, selon moi, accompagner les professionnels de l’abattage vers les meilleurs techniques scientifiques possibles dans un souci de limitation de la souffrance animale. Bien être humain et bien-être animal sont liés. Il faut alors – parallèlement à la modernisation du matériel – renforcer la formation des salariés, revaloriser leurs métiers et mieux former à la protection animale les professionnels des services vétérinaires. En effet, la Commission a constaté qu’actuellement le rôle des services est tourné vers l’inspection sanitaire en priorité.

Elle souhaite que la prise en compte du bien-être animal dans la règlementation soit pensée d’une façon évolutive. Cette réflexion pourrait être initiée via la création d’un Comité national d’éthique des abattoirs qui réunirait les acteurs de la filière, des philosophes, des parlementaires, des représentants de l’administration et des représentants des cultes.

La question de l’abattage rituel a suscité un débat. Les règlementations européenne et française autorisent les abattoirs à déroger à l’obligation d’étourdir les animaux avant l’abattage au nom de la liberté des cultes. Les députés proposent, dans le respect de cette liberté, d’introduire dans la règlementation deux nouvelles techniques : l’étourdissement réversible et l’étourdissement post-jugulation (qui consiste à rendre les animaux inconscients quelques instants après la saignée).

En ce qui concerne les contrôles, le rapport recommande de les renforcer, de rendre obligatoire le contrôle vidéo dans les abattoirs. Celui-ci serait généralisé dans « toutes les zones des abattoirs dans lesquelles des animaux vivants sont manipulés », y compris les postes d’abattage. Ce contrôle doit être « encadré par la loi afin d’en délimiter strictement les finalités et éviter qu’il devienne un outil de surveillance des salariés ».

Le contrôle doit également passer par la transparence via « une plus grande ouverture aux associations, un droit de visite des parlementaires et la mise en place de comité locaux de suivi de site rassemblant les parties ».

Un comité de suivi de ces préconisations sera mis en place.

Le Ministère de l’Agriculture accompagne la filière porcine pour une nouvelle contractualisation

La-Chine-achete-aussi-le-porc-francais

Dans la continuité de la volonté de rénover les relations commerciales dans la filière porcine, le Ministre de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de la forêt, a lancé hier un appel à manifestation d’intérêt afin d’imaginer de nouvelles formes de contractualisation.

Le recours à cette forme de relation commerciale doit être volontaire mais éclairé. Ainsi, les professionnels, les producteurs d’aliments jusqu’aux distributeurs s’étaient accordés le 27 août dernier sur la nécessité de créer des outils de contractualisation pertinents pour la filière porcine.

Le champ de la contractualisation ne se résume pas à la relation éleveur/abatteur, elle doit concerner chaque maillon de la filière.

Un document de travail est disponible sur le site du ministère pour poser les bases de la réflexion et susciter des expérimentations de nouvelles formes de contractualisation qui permettraient de :

  • donner des perspectives et de la visibilité aux producteurs sur les productions ;
  • sécuriser l’approvisionnement des transformateurs salaisonniers en quantité et en qualité, aspect primordial pour augmenter leur approvisionnement en viande de porc française ;
  • protéger les acteurs, à tous les niveaux de la filière, de la volatilité des cours.

Des contrats existent déjà, tant pour la commercialisation des porcs, de leur alimentation que des pièces de découpe. Pour partager les expériences réussies, un questionnaire électronique sera mis en ligne et adressé à tous les acteurs recensés de la filière et permettra d’éditer un guide de bonnes pratiques.

De façon complémentaire et afin de faciliter le développement de la contractualisation, le Gouvernement travaille à créer un environnement propice, en permettant la création de caisses de sécurisation pour pallier aux fluctuations de cours sur le marché. Ces caisses bénéficieront de conditions fiscales favorables.

Un premier retour sur l’ensemble de ces travaux est attendu pour la fin du mois d’octobre.

Le Ministre a réaffirmé que la compétitivité devait aussi passer par une meilleure organisation de l’ensemble de la filière en plus du travail sur l’amélioration des coûts de production engagée à tous les échelons grâce au pacte de responsabilité.

Conférence parlementaire sur l’Agriculture et l’Agroalimentaire

Conference Parlementaire sur l'agriculture et l'agroalimentaire Paris

Mardi 6 mai 2014, j’ai présidé une table-ronde sur les négociations commerciales lors d’une conférence parlementaire sur l’agriculture et l’agroalimentaire à la Maison de la Chimie. Celle-ci a permis de débattre du renouvellement du cadre législatif et réglementaire de la filière agricole et agroalimentaire française. Secteur clef pour l’économie du pays, l’agriculture et agroalimentaire se trouvent  aujourd’hui dans un contexte de forte concurrence internationale et européenne. Le projet de loi d’avenir de l’agriculture, en cours d’adoption par le Parlement, s’inscrit dans le cadre de la réforme de la Politique agricole commune pour en maintenir sa compétitivité. Lire la Suite

Le projet de loi sur la consommation adopté en 2ème lecture à l’Assemblée!

L’assemblée nationale a adopté ce lundi 16 décembre en 2ème lecture le projet de loi sur la consommation dont je suis co-rapporteure sur le volet LME.

Retrouvez ci-dessous mon intervention à la discussion générale lundi 9 décembre: Lire la Suite