Aller au contenu principal

Articles Tagués ‘Douarnenez’

Ouverture du village de la mini-transat « Iles de Guadeloupe » en présence de la Secrétaire d’Etat, Annick GIRARDIN.

110915 Annick Girardin transat DZ

A quelques semaines du lancement de la Conférence Paris Climat, Annick Girardin, Secrétaire d’Etat chargée du Développement et de la Francophonie, était vendredi dernier en déplacement sur le Finistère. Elle s’est tout d’abord rendue à Plouzané pour visiter l’IFREMER et dresser le bilan des travaux de recherche sur les océans. Puis, elle a mis le cap sur Douarnenez où j’ai eu le plaisir de l’accueillir à l’occasion de l’ouverture du village de la vingtième édition de la mini transat « Iles de Guadeloupe ». Cette course transatlantique à la voile en solitaire fait œuvre de sensibilisation du plus grand nombre à la préservation de l’environnement maritime. C’est cette dimension que la Secrétaire d’Etat a saluée dans son allocution.

Extraits :

 » C’est une année exceptionnelle, pour tous ces coureurs, pour ceux qui suivent la Mini Transat Îles de Guadeloupe, mais aussi pour tous ceux qui regardent vers la COP 21 puisqu’elle aura lieu à Paris au moment de l’arrivée de la course en Guadeloupe. Cette grande conférence parlera aussi des océans et de la mer, cette mer qui après avoir été notre meilleure amie, risque de devenir notre ennemie si nous ne savons pas prendre les décisions qu’il faut. Et c’est aussi ce message là que je retrouve ici dans cette Mini Transat Îles de Guadeloupe, cette volonté de dire que nous devons préserver ces océans ».

026a3_transat_142015_14-_14douarnenez

J’ai interrogé le gouvernement sur la situation du centre hospitalier Michel Mazéas de Douarnenez

hôpital Douarnenez

Lors de la séance des questions orales sans débat du mardi 16 juin 2015, j’ai interrogé le gouvernement sur la situation du centre hospitalier Michel Mazéas de Douarnenez.

Mme Annick Le Loch. Ma question s’adresse à Mme la ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes et concerne la situation du centre hospitalier Michel Mazéas de Douarnenez. Déjà fragilisée depuis plusieurs mois par la difficulté de faire fonctionner le bloc opératoire de Cornouaille dans sa configuration initiale, qui repose sur une coopération réelle entre les établissements concernés, l’activité de chirurgie ambulatoire de cet établissement public a été suspendue au mois de février dernier, faute d’anesthésiste à demeure. Actuellement, et jusqu’au mois de septembre, un praticien intérimaire intervient à raison de quatre vacations hebdomadaires au lieu des six escomptées. Le caractère également temporaire de ce dispositif ne permet cependant pas d’inscrire l’exercice de la chirurgie dans une perspective durable, d’autant plus que le recrutement d’anesthésistes titulaires se révèle être un véritable parcours du combattant. Il s’agit à mes yeux d’un vrai problème dont les pouvoirs publics doivent se saisir, tant la place de l’anesthésie est essentielle pour assurer la permanence des soins. Cette situation fragile de la chirurgie publique au niveau local inquiète et mobilise les populations, élus et associations non seulement de Douarnenez, mais aussi de l’Ouest Cornouaille, du Porzay et de la presqu’île de Crozon, tous légitimement attachés à la pérennité des services de l’hôpital de proximité. Alors qu’un contrat pluriannuel d’objectifs et de moyens – CPOM – a été signé le 10 janvier 2014 entre l’agence régionale de santé et les cinq établissements de soins membres de l’Union hospitalière de Cornouaille, l’objectif du maintien d’une activité chirurgicale ambulatoire au centre hospitalier de Douarnenez n’est à l’évidence pas tenu. Dans son guide méthodologique pour l’élaboration des CPOM, la direction générale de l’offre de soins stipule bien que la signature du CPOM est un acte juridique qui engage les parties sur l’ensemble du document. Dès lors, comment faire en sorte que le maintien de l’activité chirurgicale soit bien une réalité à Douarnenez ? Enfin, le projet de loi de modernisation de notre système de santé réaffirme l’existence du service public hospitalier autour d’un bloc d’obligations comme l’absence de dépassement d’honoraires, la permanence de l’accueil et l’égalité d’accès aux soins. Le texte recentre également le système de santé sur les soins de proximité et engage le virage ambulatoire. Compte tenu de ces évolutions, la population, à Douarnenez comme ailleurs, doit pouvoir être rassurée sur l’avenir des hôpitaux de proximité et sur l’intérêt que ces établissements trouveront à intégrer les groupements hospitaliers de territoire en passe d’être créés. Je vous remercie, Mme la secrétaire d’État, des éléments de réponse que vous apporterez pour conforter l’avenir du centre hospitalier Michel Mazéas de Douarnenez.

Mme Ségolène Neuville, secrétaire d’État chargée des personnes handicapées et de la lutte contre l’exclusion. Madame la députée, je vous prie de bien vouloir excuser l’absence de Marisol Touraine, ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes, qui m’a chargée de vous répondre. Le Gouvernement mène une politique en faveur des territoires les plus fragiles afin d’améliorer l’accès aux soins, ambulatoires ou hospitaliers. Les mesures récentes de soutien financier en faveur des établissements de santé isolés et des hôpitaux de proximité en sont l’illustration. Au-delà du soutien financier, la question du recrutement des personnels médicaux est déterminante pour les établissements de santé. À un niveau global, l’évolution démographique des professionnels médicaux représente ainsi un enjeu important. Le numerus clausus en médecine a été fixé à 8 000 en 2014, soit deux fois plus que quinze ans auparavant. Cette augmentation profite à l’ensemble des spécialités médicales, dont, bien entendu, l’anesthésie-réanimation. Le recrutement des professionnels repose également sur le projet médical des établissements de santé, projet adapté à chaque territoire. Dans certaines situations, les tensions liées aux difficultés de recrutement justifient pleinement la nécessité d’une approche territoriale, avec une coopération forte entre centres hospitaliers. La situation du centre hospitalier de Douarnenez en est une illustration. C’est pourquoi l’agence régionale de santé de Bretagne travaille très activement pour faciliter les coopérations et le recrutement d’anesthésistes-réanimateurs. Je veux vous assurer de l’engagement du Gouvernement pour le maintien et le renforcement des hôpitaux de proximité. Ces établissements font vivre l’égalité de l’accès aux soins sur nos territoires. Ils constituent la meilleure garantie d’une santé accessible à tous les Français.

Mme Annick Le Loch. J’ai bien entendu votre réponse, madame la secrétaire d’État, et je vous remercie pour la confirmation du soutien financier que vous apportez à cet hôpital. Je vous remercie également d’avoir confirmé la mobilisation pour le recrutement de personnels dans cet établissement, notamment de médecins anesthésistes. Force est de constater cependant que cela ne fonctionne pas aujourd’hui : jusqu’à présent, il n’a pas été possible de recruter. Je me demande donc si nous n’aurions pas intérêt à instaurer davantage d’obligations pour conforter ces structures hospitalières publiques en attente de médecins titulaires, en particulier dans cette spécialité. Il faut bien entendu un projet médical digne de ce nom, qui tienne compte des besoins de la population. Néanmoins, sans une coopération forte, fonctionnant dans les deux sens – de la proximité vers l’hôpital de référence, mais aussi de l’hôpital de référence vers la proximité – il sera très difficile de maintenir les établissements de proximité sur le territoire de la Cornouaille.

Mobilisation en faveur d’une chirurgie publique en Cornouaille

bloc

Faute de vacations suffisantes en anesthésie au niveau du Bloc Opératoire de Cornouaille, c’est l’existence même de la chirurgie sur le territoire qui est aujourd’hui fragilisée. Voilà l’un des principaux enseignements que j’ai tirés de l’échange que j’ai eu vendredi dernier dans le cadre du déplacement du Directeur de l’ARS à l‘hôpital de Douarnenez.

Des emplois d’anesthésistes-réanimateurs sont vacants et non pourvus au sein du service public hospitalier. Comment dès lors en assurer la continuité ? C’est bien là un enjeu de toute première importance.

Je viens de saisir  à nouveau Marisol Touraine, Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes, de la situation de l’hôpital de Douarnenez, et plus largement de la place de la chirurgie de service public dans l’organisation des soins.

Comme le 6 décembre 2014 à Douarnenez et le 17 janvier dernier à Quimper, je serai à nouveau présente aux côtés de la population samedi prochain à 14h00 devant le centre hospitalier Michel Mazéas, pour redire l’importance de pouvoir bénéficier d’une organisation sanitaire territoriale efficiente.

Retrouvez ci-dessous mon courrier à Marisol Touraine et la réponse de Mme la Ministre

15.0081 – Ministre santé – situation chirurgie Cornouaille et CH Douarnenez

15.0081 – réponse de Marisol Touraine à Annick Le Loch

A Douarnenez samedi dernier : inauguration de la maison de la petite enfance

DSC00059

Inaugurer un équipement dédié à l’enfance est un moment important pour une commune. Quoi de plus significatif pour attester de la vitalité d’une d’un territoire et de la confiance qu’il place en son avenir ?

Cette maison de la petite enfance, que j’ai déjà eu plaisir à découvrir lorsque je suis venue aux portes ouvertes le 27 août dernier, est parfaitement intégrée à son cadre de vie et est ancrée au coeur du quartier de Ploaré. Par sa conception répondant aux normes du développement durable, par des choix architecturaux harmonieux, cette Maison est adaptée aux besoins des tous petits et de leurs familles, adaptée au travail des équipes professionnelles pluridisciplinaires. Elle est un lieu d’épanouissement, d’éveil, d’apprentissage et d’autonomie pour les tous jeunes enfants accueillis. Avec les menus concoctés par « l’éducateur de papilles », Christophe Maguet, plus d’un adulte souhaiterait pouvoir ici retomber en enfance !

Cette inauguration est l’occasion de faire un focus sur la politique familiale menée par le gouvernement, une politique engagée dans la voie de la rénovation pour la rendre plus juste.

La  modulation des allocations familiales est un dispositif qui permettra de corriger certaines inégalités de notre politique familiale. L’universalité des allocations familiales avait été conçue pour permettre aux familles modestes d’avoir la même protection que les familles favorisées. Mais le quotient familial et les abattements fiscaux par enfant avaient fini par rompre ce principe d’égalité en bénéficiant prioritairement aux plus hauts revenus. C’est donc l’équité qui est aujourd’hui en passe d’être restaurée.

La réforme des allocations familiales est complétée par le rééquilibrage du congé parental (six mois pour chaque parent pour le premier enfant, et, pour les enfants suivants, deux ans pour l’un des parents, un an pour l’autre). Cette réforme, qui promeut l’égalité entre les femmes et les hommes, est par ailleurs soutenue par le plan du gouvernement en faveur de l’accueil de la petite enfance, un plan qui vise à conforter l’articulation entre vie familiale et vie professionnelle en offrant 275 000 solutions d’accueil supplémentaires aux familles (100 000 places en crèche, 100 000 accueils par les assistants maternels et 75 000 places en scolarisation dès 2 ans).

De plus, une démarche de simplification, par l’allègement des normes qui encadrent la construction de places de crèches, sera menée. L’objectif est de permettre à tous, et sur l’ensemble du territoire, d’avoir accès à la même offre de solutions d’accueil.

La gauche a prouvé son engagement en direction des familles, notamment des familles modestes et des classes moyennes. Elle a augmenté de 25 % l’allocation de rentrée scolaire pour 3 millions de familles, de 50 % le complément familial pour 385 000 familles nombreuses, de 25 % l’allocation de soutien familial pour 750 000 familles monoparentales. Elle investit massivement dans un plan d’accueil de la petite enfance pour offrir davantage de solutions aux familles avec de jeunes enfants. Ce sont ainsi 2,5 milliards d’euros de plus qui ont été consacrés à la politique familiale depuis deux ans. Et l’effort va se poursuivre.

Pour le gouvernement, comme pour la majorité parlementaire, la politique familiale et la petite enfance sont une priorité. Mais comment en serait-il autrement quand notre volonté est d’investir pour la jeunesse et de préparer l’avenir ?

maison-enfance-4

Temps Fêtes 2014 : et le patrimoine maritime déploie ses plus beaux atours à Douarnenez

IMG_0983

Hier, après avoir rendu visite à l’entreprise Eolane qui m’a fait découvrir son nouvel outil de production de cartes électroniques à forte valeur ajoutée, j’ai mis le cap sur le Port Rhu,  ce site exceptionnel de conservation et de valorisation du patrimoine maritime. Durant quatre jours de fête, c’est la découverte de 600 navires et la participation à de nombreuses animations portées par des bénévoles investis, qui sont proposées au plus grand nombre.

Au rythme des allers et venues des voiliers et de leurs équipages, au rythme des chants marins et des musiques de Bretagne, des Balkans, d’Algérie, d’Irlande, …, des expositions, des rencontres avec les associations et les entreprises, c’est l’histoire maritime qui nous est ici contée depuis 1986. Temps Fêtes est bien un évènement culturel et populaire. C’est un moment festif unique mais aussi une occasion privilégiée de découvrir le travail remarquable des charpentiers de marine, ces orfèvres qui permettent de prolonger la vie de navires dont l’histoire s’est écrite sur les mers et océans du globe.

Dans ce magnifique écrin qu’est la baie de Douarnenez, j’ai sincèrement toujours plaisir à voir évoluer une flottille venue de tous les horizons, une flottille qui nous rappelle combien le maritime est avant tout un espace de partage et un monde d’ouverture aux autres.

Ce soir, j’embarquerai à bord du Nizwa, un boutre du Sultanat d’Oman, l’un des derniers fabriqués dans la péninsule arabique. En lien étroit avec l’exposition « dans le sillage de Sinbad » que l’on peut découvrir au Port-Musée,  c’est véritablement une invitation au voyage et au dépaysement que la mer nous lance ici.

 IMG_0992

Chirurgie publique en Cornouaille : que l’équilibre et la qualité de l’offre territoriale de soins soient garantis

chirurgie

Alors que se mettent progressivement en place les outils juridiques et opérationnels de la coopération hospitalière entre le Centre Hospitalier de Cornouaille Quimper-Concarneau, l’hôpital de Douarnenez, l’Hôtel Dieu de Pont-L’Abbé, l’établissement public de santé mentale Etienne Gourmelen et le centre de soins de suite Jean Tanguy de Saint-Yvi, la situation de l’activité chirurgicale sur Douarnenez soulève aujourd’hui des interrogations.

Il ne saurait y avoir d’Union Hospitalière de Cornouaille (UHC) réussie sans un partenariat sincère et réellement gagnant-gagnant entre les établissements. Pas d’UHC réussie sans que les moyens nécessaires, qu’ils soient matériels ou humains, ne soient pas répartis équitablement et en fonction des besoins des populations. Lire la Suite

Décès de Michel Mazéas : Douarnenez a perdu l’un des siens, un homme pétri d’humanité et de fortes convictions

IMG_3748a-ac604

A 85 ans, c’est une figure incontournable de la cité des Penn Sardin qui vient de nous quitter. Un homme qui répondait toujours présent lors  des moments de partage et de célébration qui animent Douarnenez.

Le gamin de Ploaré qu’il était,  a toujours reconnu à la mer le souffle extraordinaire qu’elle diffuse  sur toute la Ville de Douarnenez et à ses habitants. Il savait le poids de la géographie, de l’histoire, de la culture, du potentiel économique maritime,…qui caractérisent Douarnenez. Douarnenez qu’il aimait tant et qui le lui rendait si bien. Lire la Suite