Aller au contenu principal

Articles Tagués ‘élections’

Le 7 mai, votons pour Emmanuel Macron, Pour la République et pour la France

carte électeur

Le premier tour de l’élection présidentielle a placé Emmanuel Macron et Marine Le Pen en tête. Les partis de gouvernement ont été battus mais le temps n’est pas celui des règlements de compte. L’heure de la clarification viendra au Parti socialiste. Aujourd’hui, l’heure est à la défense de la République et de ses valeurs : liberté, égalité, fraternité et laïcité. La présence de l’extrême droite au deuxième tour nécessite la mobilisation de tous.

En effet, la montée de l’extrême droite met en danger notre pays. La mise en œuvre du programme du Front national aurait des conséquences désastreuses. Nous le savons, le parti d’extrême droite créé par Jean-Marie Le Pen reste un parti où règnent la haine et l’exclusion, le racisme et le repli sur soi. Ce parti soutient un programme économique extravagant. Si Marine Le Pen devait l’emporter, et si la France sortait de la zone euro, le pouvoir d’achat des Français diminuerait inéluctablement, des milliers d’emplois seraient supprimés, la hausse des prix serait sans précédent et les déficits publics exorbitants.

Notre premier défi est de favoriser le ralliement de tous les électeurs socialistes, écologistes et républicains pour élire Emmanuel Macron Président de la République. Notre pays a besoin de rassemblement et d’apaisement. Nous attendons d’Emmanuel Macron un message fort, une capacité à proposer un projet politique à la France, à partir d’un socle commun qui ne laissera personne au bord du chemin.

L’enjeu politique à suivre après le 7 mai est celui des élections législatives. Bernard Cazeneuve a toutes les qualités pour mener cette campagne et constituer avec les candidats désignés un pôle de gauche à même de peser sur les choix du pays. Florence Crom a été désignée pour mener cette bataille, elle a toute ma confiance pour me succéder.

Aujourd’hui le temps n’est pas aux invectives mais à la sauvegarde de notre République.  

J’apporte tout mon soutien aux candidats « Finistère et Solidaires »

De 1998 à 2011, aux côtés de Pierre Maille, j’ai eu l’honneur de faire partie de la majorité départementale, une majorité de gauche qui a su inscrire le département du Finistère dans une nouvelle dimension, celle des solidarités humaines et territoriales, celle du travail collectif, démocratique et participatif, celle de l’engagement et de l’investissement au profit de tous les finistériens, à tous les âges de la vie. Cet élan, cette dynamique du progrès, ne doivent pas être interrompus par une droite dont la politique ne serait que restrictions et régressions.

Le conseil départemental détient et détiendra encore des compétences fortes qui concernent le quotidien de chacun d’entre nous. Pour les exercer, vous devez donner mandat à des hommes et des femmes qui ont une vision d’avenir, une ambition sincère pour le Finistère, une capacité à s’engager en faveur de son attractivité et de son développement social et territorial. Les protections nécessaires, les innovations indispensables, les coopérations utiles, les investissements d’avenir, seuls les candidats « Finistère et Solidaires » les placent au cœur du projet qu’ils mettront en œuvre en votre nom.

Alors, dimanche 29 mars, sur l’Ouest Cornouaille et au-delà, je vous invite à construire le Finistère que nous aimons en votant massivement pour les candidats de gauche, qui eux sont résolument tournés vers l’avenir.

Les candidats de gauche « Finistère et solidaires » :

Pour le canton de Pont-L’Abbé : Annie Caoudal et Frédéric Le Loc’h

Annie Caoudal - Frédéric Le Loc'h

Pour le canton de Ploneour-Lanvern : Liliane Tanguy et Jean-Louis Caradec

Liliane Tanguy - Jean-Louis Caradec

Pour le canton de Douarnenez-Cap Sizun : Florence Crom et Gurvan Kerloc’h

Florence Crom - Gurvan Kerloc'h

Dimanche prochain 22 mars, votez pour vos prochains conseillers départementaux ! Focus sur celles et ceux qui permettront de « Construire ensemble le Finistère que nous aimons » !

infog-10-engagements

C’est avec fierté, enthousiasme et responsabilité que les candidat(e)s « Finistère et solidaires », sont prêts à prendre le relais de Pierre Maille et des élu(e)s de la majorité de gauche à la tête du futur Conseil départemental, la collectivité qui assure, dans une dimension de proximité, la cohésion sociale et les solidarités territoriales. Ces candidat(e)s mesurent pleinement les attentes exprimées par les Finistériens dans un contexte permanent de mutations économiques, sociales et environnementales.

C’est pour vous et avec vous qu’ils souhaitent construire le Finistère que nous aimons.

La priorité des candidat(e)s « Finistère et solidaires » est d’agir pour mettre en œuvre un beau projet collectif :

– Préparer l’avenir pour et avec la jeunesse ;

– Garantir les solidarités et la cohésion sociale pour tous, sur l’ensemble du territoire départemental ;

– Contribuer à l’aménagement et l’attractivité du Finistère pour un développement

économique solide et équilibré ;

– Favoriser la participation des citoyens et assurer la transparence de nos décisions.

Les candidats « Finistère et solidaires » :

Pour le canton de Pont-L’Abbé : Annie Caoudal et Frédéric Le Loc’h

Pour le canton de Ploneour-Lanvern : Liliane Tanguy et Jean-Louis Caradec

Pour le canton de Douarnenez-Cap Sizun : Florence Crom et Gurvan Kerloc’h

Le projet des candidats Finistère et Solidaires

Dimanche prochain, soyons au rendez-vous d’une Europe de progrès

Image

Lors du vote de ce dimanche 25 mai, vous aurez le choix entre les représentants d’une Europe progressiste et ceux d’une Europe conservatrice, ceux qui n’ont pas su, depuis des années, inscrire l’Union Européenne dans une nouvelle dimension.

Il est grand temps de donner à l’Europe les moyens de devenir une Europe du progrès en modifiant les rapports de force au Parlement.

Avec l’élection de François Hollande, sous l’impulsion de la France, ce sont des avancées majeures qui ont pu voir le jour :

– un accord a été trouvé pour que onze pays  mettent enfin en place la taxe sur les transactions financières,

– sous la pression de la France, la directive sur le détachement des travailleurs a été renforcée pour mettre fin à la fraude et au dumping social organisés à l’échelle européenne.

– sur le plan monétaire, une étape importante a été franchie avec la décision de la Banque Centrale Européenne de racheter les dettes des pays en difficulté.

Un mouvement profond de réorientation est désormais engagé. Ne le laissons pas au point mort.

Il est temps de remettre le progrès social et la croissance au cœur du projet de l’Union Européenne.  Pour une Europe qui avance, pour une Europe qui protège, pour une Europe qui agit, c’est bien la liste socialiste emmenée par Isabelle Thomas pour le Grand Ouest qui porte cet engagement.

Retrouvez ci-dessous le projet partagé par l’ensemble des candidats du Parti Socialiste Européen.
Manifeste du PSE

Elections européennes : aux côtés de Martin Schulz lors de son déplacement finistérien

Image

Martin Schulz, Président du Parlement européen et candidat du parti socialiste européen (PSE),  était hier en déplacement en Finistère. Après avoir échangé avec les anciens salariés de l’usine Gad, il a visité le site de l’Ifremer  pour y découvrir le bassin d’essais dédié aux énergies marines renouvelables puis il a rencontré une délégation de représentants des pêcheurs bretons.

A l’issue de ces échanges, aux côtés d’Isabelle Thomas, tête de liste socialiste pour la circonscription Ouest, il a prononcé un discours d’opposition résolue au dumping social et de mobilisation afin de lutter contre la concurrence déloyale.

La volonté de Martin Schulz de rééquilibrer les rapports entre les libertés économiques et les droits sociaux est à souligner. Oui, pour une politique de gauche en Europe, le 25 mai prochain, il faut placer le PSE à la tête du scrutin et élire Martin Schulz à la présidence de la Commission européenne.

MOBILISES POUR REPONDRE AUX ATTENTES DES FRANÇAIS

municipales 2014

Le scrutin des élections municipales des 23 et 30 mars 2014 a rendu son verdict et nombreuses sont les communes qui ont, cette fois, basculé à droite.
D’une manière générale, le camp de l’abstention connaît une évolution significative ce qui n’est pas source de progrès pour la démocratie. De même, force est de constater que la gauche n’a pas su mobiliser les électeurs, ce qui de fait, laisse apparaître certains scores importants chez des candidats de droite. Non pas que la droite ait avancé des idées et des projets innovants auxquels la population adhère, parfois même loin de là, mais l’explication du vote, motivé par un contexte national, réside surtout dans une aspiration au changement réel mis en œuvre depuis 2012 : plus vite, plus haut, plus fort.
Cela fait près de deux ans que le redressement du pays a été engagé. Des mesures fortes ont été adoptées en faveur de l’emploi, de la réindustrialisation, de l’éducation, de la jeunesse, de la formation, du logement, de la santé,…mais il nous reste encore tant à faire pour améliorer la situation de l’emploi et pour préserver le pouvoir d’achat des Français.
Lire la Suite