Aller au contenu principal

Articles Tagués ‘jeunes’

Garantie jeunes : ça marche, on accélère.

garantie-jeunes

Dans le cadre du plan de lutte contre la pauvreté et pour l’inclusion sociale, le gouvernement a mis en place l’an passé la « Garantie Jeunes » afin qu’aucun jeune ne reste sans solution de formation ou d’emploi.

Cette mesure forte s’adresse aux jeunes de 18 à 25 ans en situation de précarité qui ne sont ni en études, ni en formation, ni en emploi, et qui sont identifiés par les Missions Locales comme de potentiels bénéficiaires.

Ce dispositif propose aux jeunes un accompagnement renforcé vers l’emploi. Il s’agit de leur garantir l’accès à de premières expériences professionnelles et formations pour qu’ils construisent progressivement leur projet professionnel. Le dispositif est complété par le versement d’une allocation à chaque jeune afin de sécuriser et de stabiliser sa situation (433,75 € par mois, cumulable avec des revenus d’activités jusqu’à 300 €).

Cette année, la mesure aura été expérimentée dans 10 territoires, dont le Finistère par l’intermédiaire du Conseil Général, avec le soutien de tous les parlementaires du département. 1 003 jeunes Finistériens sont concernés : 413 sur le Pays de Brest, 375 sur la Cornouaille, 130 sur le Pays de Morlaix et 85 sur le Centre Ouest Bretagne. A l’échelle nationale, 8 500 personnes en ont déjà bénéficié en 2014.

L’expérimentation étant un succès, le Gouvernement prévoit aujourd’hui d’étendre la Garantie jeunes à 10 nouveaux territoires dès le 1er  janvier 2015. Puis, 51 territoires supplémentaires entreront dans le dispositif, l’objectif étant de soutenir 50 000 jeunes en 2015 et 100 000 à l’horizon 2017.

Ce dispositif constitue pour les jeunes un parcours intensif d’accès à l’emploi et à la formation. C’est une mesure clé en faveur de l’insertion sociale et professionnelle des jeunes les plus éloignés de l’emploi.

C’est aussi la traduction de la volonté affichée par le Président de la République : faire en sorte que les jeunes vivent mieux en 2017 qu’en 2012.

Yonah, Lise, Mélanie et Emmanuel, … les emplois d’avenir sont pour eux un vrai tremplin !

emploi d'avenir

Dès la campagne de 2012, nous nous sommes engagés à faire de l’emploi des jeunes une priorité. Et dès le début de cette Législature, nous avons adopté la loi portant création des emplois d’avenir (loi n° 2012-1189) afin de lutter contre le chômage particulièrement élevé des moins de 25 ans sans qualification ou peu diplômés.

Deux ans plus tard, j’ai souhaité aller à la rencontre des jeunes et des employeurs qui ont fait le choix de s’engager dans ce dispositif afin d’échanger avec eux sur les atouts, et éventuellement les faiblesses, de cette mesure.

Vendredi dernier, à l’antenne pont-l’abbiste de la Mission Locale du Pays de Cornouaille, c’est un panel représentatif du territoire qui a accepté le principe de cette rencontre-bilan avec moi.

Yonah, Lise, Mélanie et Emmanuel, tous âgés de 21 ans, sont des jeunes gens qui ont été recrutés en emploi d’avenir dans des secteurs d’activité très divers du secteur non marchand comme marchand (Abi 29, Kan Ar Mor, Mairie de Tréogat, Océalliance-Furic Marée). Ils font partie intégrante des effectifs et répondent à un vrai besoin à satisfaire au sein des structures.  Dans le cadre d’un CDD de 1 à 3 ans, voire d’un CDI, chacun mène à bien un projet réfléchi de formation qualifiante (BTS gestion PME-PMI, CAP petite enfance, diplôme d’aide-soignante, de mareyage) et les employeurs jouent parfaitement le jeu sur ce volet formation, bien conscients que la qualification obtenue à terme sera le sésame de l’insertion professionnelle durable de ces jeunes.

Grâce à un important engagement financier de l’Etat (prise en charge de 75 % du salaire brut du jeune à hauteur du SMIC pour les employeurs du secteur non marchand et 35% pour le secteur marchand), à une forte mobilisation des missions locales sur le terrain pour faire connaître le dispositif aux jeunes comme aux employeurs potentiels, l’objectif national affiché de 150 000 emplois d’avenir pour la fin de l’année 2014 est largement atteint puisqu’à la fin septembre, nous en étions déjà à 155 000 entrées dans le dispositif.

Sur le seul Pays de Cornouaille, ce ne sont pas moins de 475 jeunes qui ont pu bénéficier des emplois d’avenir. Et vendredi dernier, c’est bien une réelle satisfaction qui s’exprimait dans les rangs de toutes les parties prenantes, jeunes recrutés comme employeurs, chacun concevant la mesure comme un vrai tremplin.

Ouverture des BTS maritimes : le lycée professionnel maritime du Guilvinec doit pouvoir en bénéficier

bandeau

L’action gouvernementale atteste de son réel soutien à l’enseignement maritime, de sa volonté de le rénover et de renforcer l’attractivité des métiers de la mer. J’en veux pour preuve l’organisation des Etats Généraux de l’enseignement maritime et des Assises de la formation et des métiers maritimes auxquelles j’assistais le 8 novembre dernier.

Si je salue la création du BTS maritime qui offre aux jeunes une nouvelle voie vers l’enseignement supérieur, et l’ouverture, dès la rentrée 2014, de quatre classes dispensant ce nouveau cursus de formation, je suis profondément insatisfaite que le lycée professionnel maritime du Guilvinec ne figure pas au rang des établissements retenus la semaine dernière. Lire la Suite